Projet : Atelier de design thinking.
Type : Projet d’études.
Formation: UX Designer (version anglophone).
Titre : Diplôme BAC +5, niveau 7 sur le Cadre Européen des Certifications (European Qualifications Framework).
École : OpenClassrooms.
Année : 2018.

Brief

Dans le cadre de ce projet, j’ai organisé un atelier de design thinking.

Un atelier de design thinking consiste à comprendre, à explorer et à donner vie à des idées. Le processus est interactif et collaboratif. Les équipes travaillent ensemble vers un objectif commun.

Le sujet principal de cet atelier était: «Comment pouvons-nous améliorer les transports en commun?».

Mon rôle

L’animateur de l’atelier est la personne qui dirige l’atelier et veille à ce que tout le monde soit sur la bonne voie. Ma tâche principale consistait à créer et à créer un environnement propice à la prospérité des idées. Je devais garder le temps et aider les participants à suivre le processus rapidement.

J’ai aimé canaliser l’énergie du groupe et faire avancer le processus.

Agenda

L’agenda de l’atelier.

J’ai créé un ordre du jour détaillé pour m’aider à diriger l’atelier.

J’ai suivi ces phases:

  1. Organisation. J’ai fait une liste de choses à faire avec chaque détail à faire à l’avance. Par exemple: la présentation, les collations, l’infographie, les conseils, etc.
  2. Présentation. Quand tous les participants ont été rassemblés, j’ai réalisé une présentation du projet.
  3. Empathie. Jeu pour briser la glace. J’ai expliqué un petit jeu pour briser la glace et démarrer le travail d’équipe.
  4. Définition du problème. J’ai introduit le problème: comment pouvons-nous améliorer les transports en commun? Les participants devaient interroger un participant différent de l’activité précédente et lui demander sur les expériences récentes avec les transports en commun.
  5. Idéation.  Le groupe a choisi un problème parmi tous les problèmes proposés. Ils ont rempli la carte d’empathie et ont exploré le problème avec l’utilisateur concerné. Ensuite, ils ont écrit autant d’idées que possible sur des post-it. Ils ont choisi ensemble une idée réalisable à développer.
  6. Prototype. Chaque personne a créé un prototype basé sur la solution, puis l’a partagé avec le groupe.
  7. Récapitulatif. Nous avons terminé avec la phase plus / delta.

 

« Comment pourrions-nous…? » Entretien et empathie

« Comment pouvons-nous…? » Cette question simple permet de recadrer les problèmes.

J’ai commencé par expliquer à quel point il est important de gagner de l’empathie envers la personne interrogée.

J’ai donné des exemples sur la manière d’interviewer, de détecter un problème et de l’étudier plus en profondeur à l’aide des cinq pourquoi et du «Comment pourrions-nous…?». Je leur ai également donné un script d’interview Creative Commons que j’ai téléchargé de Stanford D.School et que j’ai raccourci et adapté à notre contexte (Guide d’interview en français adapté à cet atelier).

Le problème choisi était:

« Comment pouvons-nous aider Eveline à passer un examen lors d’une journée de grève nationale? »

Carte d’empathie

Carte d’empathie

J’avais un avatar masculin et un avatar féminin prêts à coller au tableau. Puisque le problème choisi était pour Eveline, j’ai mis l’avatar féminin sur le tableau et écrit son nom.

Ensuite, les participants devaient remplir la carte d’empathie. J’ai dû insister et faire parler les participants. Ils étaient un peu timide dans cette étape.

Idéation

Idées: d’abord on cherche la quantité avant la qualité ! La qualité arrivera après.

Ils ont écrit de nombreuses idées créatives et amusantes pour aider Eveline et ils en ont voté une en particulier.

L’idée choisie était:

« Créer un moyen de faire des examens chez soi pour que Eveline ne soit pas impactée par un jour de grève ».
 

Prototype

Comme la solution était plutôt compliquée et impliquait de nombreuses étapes, j’ai proposé de créer un storyboard.

Nous avons eu 4 storyboards. Le groupe a choisi 2 qui étaient similaires et avaient de bonnes idées.

Conclusion

La phase Plus et Delta a permis de récapituler: ce qui a plu et ce qui est à améliorer.

Les participants ont passé un bon moment et ont été très créatifs. J’ai passé un bon moment aussi, mais j’étais épuisée suite à l’organisation, planification et facilitation.

L’atelier a duré plus de 2 heures.

J’ai senti le potentiel d’une séance de travail comme celle-ci et je suis sûre que cela pourrait conduire à des idées intéressantes dans un contexte réel, en particulier avec les parties prenantes de la même entreprise ou ses collègues.